Petites histoires de l'Astronomie

CASSINI

JEAN-DOMINIQUE CASSINI (1748-1845)

***

Jean-Dominique Cassini de Thury, dit Cassini IV ou le comte de Cassini, né le 30 juin 1748 à l'Observatoire de Paris (paroisse Saint-Jacques-du-Haut-Pas) et mort le 18 octobre 1845 à Thury-sous-Clermont, est un astronome et cartographe français.

Jean Dominique, comte de Cassini, noble Siennois, est le fils de César-François Cassini (Cassini III) et de Charlotte Drouin de Vandeuil : il est baptisé le 30 juin 1748 en l'église Saint-Jacques-du-Haut-Pas à Paris. Il fait ses études secondaires au collège du Plessis à Paris, puis chez les Oratoriens à Juilly. En 1768, il voyage sur l'océan Atlantique en tant que « commissaire pour l'épreuve des montres marines » inventées par Pierre Le Roy. Il voit ainsi les Amériques et les côtes d'Afrique. En 1770, il est élu adjoint astronome à l'Académie royale des sciences, dont il devient membre associé en 1785.

Il prend peu à peu la place de son père, malade, à l'Observatoire, dont il est nommé directeur en 1784. Il tente alors d'engager des réformes : restauration du bâtiment, de plus en plus délabré, et réorganisation du lieu.

Il est capitaine de dragons au régiment royal Conti.

Il participe par ailleurs aux travaux sur la carte de France (chargé de la terminer, il en fait hommage à l'Assemblée nationale en 1789) et aux opérations géodésiques de raccordement des méridiens de Paris et de Greenwich. Il étudie à la même époque les variations de la déclinaison du champ magnétique terrestre et invente en 1792 une boussole de déclinaison dite absolue car elle est munie d'une lunette permettant la détermination du méridien géographique à l'aide de mesures astronomiques.

Aux premières heures de la Révolution française, il se voit confier plusieurs charges politiques et participe aux travaux de la commission de l'Académie chargée de préparer le système métrique. Partisan de la monarchie, il démissionne de ses fonctions en septembre 1793. Dénoncé par le Comité révolutionnaire de Beauvais, il est incarcéré pendant sept mois, de février 1794 à août 1794, au couvent des bénédictins anglais de la rue Saint-Jacques. Relâché, il se retire dans son château de Thury. Il démissionne du Bureau des longitudes en 1795, de l'Institut en 1796, mais, en 1799, il accepte son élection comme membre de la section d'astronomie de la nouvelle Académie des sciences.

Par la suite, il se consacre surtout à des écrits polémiques destinés à se justifier et à défendre le prestige scientifique de sa famille. Ses Mémoires pour servir à l'histoire des sciences et à celle de l'Observatoire royal de Paris paraissent en 1810.

Il ne se consacre plus ensuite qu'à ses charges de maire de Thury et de juge de paix dans le canton de Mouy. Napoléon Ier, puis Louis XVIII, le pensionnent et le décorent. Son fils est Gabriel Cassini.

2_OBSERVATOIRE 024_0